Naruto Ultimate - RPG

Le N°1 des forums Rôle Play Naruto francophones ! Version 9.0
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un endroit ou il fait bon vivre: Mission de rang A

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hakkyou Tokiya
Sabreur de Kiri
Sabreur de Kiri
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1097
Age : 29
Localisation : Là ou frappe la mort le plus souvent.
Nindô : Réaliser ma passion est mon ultime but, quoi qu'il en coûte à mes semblables.
Date d'inscription : 21/09/2007

Feuille de Personnage
Vitalité:
155/155  (155/155)
Chakra:
95/95  (95/95)
Niveau: 4

MessageSujet: Un endroit ou il fait bon vivre: Mission de rang A   Dim 2 Nov 2008 - 22:00

[Une organisation rivale à la mienne commence à s'étendre un peu trop à mon goût. Va éliminer discrètement leur chef, ce qui devrait désorganiser ce groupe. Pour information, il vit à Ryoko Owari.]


Blanc italique=Narration
Bleu cyan=Tokiya
Autre=figurants.
Un endroit, ou il fait bon vivre...


Enfin, il obtenait une mission valable pour son rang. L’élimination d’un chef d’organisation rival à celle de mizukage. Il y aurait du sang au menu, c’était déjà ça. Le plus intéressant venait par contre ensuite, car oui, il irait remplir sa mission à Ryoko Owari. La cité des mensonges, là ou tous les déserteurs et êtres mesquins de ce monde se réunissaient. À croire que la chance lui souriait, ou pas selon ce qui en découlerait. Évidement le sabreur ne prenait pas la chose à la légère, mais, il se savait parfaitement capable d’effectuer cette mission seul. Sa confiance en soi était l’une de ses qualités premières. Si l’on prenait le jeune homme pour un simple assoiffé de meurtre, il n’en était rien en réalité. Portant plutôt sur ses épaules le poids de son art qu’il disait « sublime ». Vous le connaissez, Toki est sans doute le sabreur le plus ignoble de tout Kiri. En vérité, l’avoir pour adversaire serait une terrible erreur, non pas pour sa force. Plutôt car il est un élément imprévisible qui raconte son art de par le maniement de sa lame ensanglanté.

Le départ à partir du village ninja, fut pratiquement sans encombre. C’était même une joie, car personne n’avait emprunté le même chemin que lui cette fois. Le souvenir douloureux de son voyage au coté de cette Kunoichi, trop bavarde pour son bien, avait disparu de sa mémoire, mais la tourmente qu’il avait enduré pendant ce temps, avait été bien réel. Cheminant, car il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire sur une route, le ninja ne rencontra que un ou deux pépins. Le premier survient quand sur la route de terre battue, il fit une halte pour savourer un repas chaud dans l’une des nombreuses auberges qu’il croisa. Comment dire, un idiot faiblard avait eu la brillante idée de le mettre en rogne. Pas très malin, on retrouverait, quelques semaines après, son cadavre dans la forêt.

Le second problème fut plus subtil, le ninja ne se souciait pas vraiment de ce genre de chose habituellement. Cela l’avait interpelé, uniquement car il en avait été victime. Comment décrire tout le pathétique de l’événement, sans vous faire comprendre à quel point un simple tuant de ruelle peut parfois être doué, au point de duper un ninja au flaire aussi aiguiser que le Hakkyou. Le monde dans le quel nous vivons chaque instant de notre vie, est toujours emplit de surprise. Pour le moment continuons l’histoire. Entrant dans l’une des agglomérations plutôt vaste qui peuple le monde ninja, Tokiya souffrit après une brève « collision » entre lui et un gamin d’un allégement conséquent de sa bourse. N’y a-t’il donc aucun honnête homme en ce monde? Ironique non? C’est le meurtrier sanguinaire, qui au final se fait déposséder de son bien. Non sans avoir fouillé le village de font en comble le ninja fini par remettre la main sur son du. Le gamin, on aurait pu le croire, aurait du souffrir lui d’un raccourcissement de sa vie. Pourtant, il semblait que ce ne serait pas le cas, sans doute, l’humeur artistique du grand shinobi n’était-elle pas au rendez-vous.

Ce n’est que bien après ses quelques mésaventures, que l’homme d’épée et non de plume, fit son entrée dans le « village » de Ryoko Owari. Une entrée qui ne semblait pas être remarquée, mais il allait s’en dire, que le sabreur avait été assez intelligent pour retirer son bandeau frontal. Ici, tout le monde se méfiait de tout le monde et un ninja qui n’avait pas déserté aurait éveillé bien plus de soupçon qu’un parfait inconnu, voilà la conclusion qu’en avait tirer Tokiya la nuit précédent son arrivée.

-Hé, manant!

S’adressait-on à lui de la sorte? Si c’était le cas, le malotru aurait des comptes à lui rendre. Ce n’était en fait, qu’un passant, ou sans doute un garçon de course, qui venait chercher le journal pour son maître. Se demandant quelles nouvelles, un village comme celui qu’il parcourait actuellement, pouvait bien valoir la peine d’être retranscrite sur papier. Celui qui était né fermier en prit un tout en glissant quelques piécette dans les mains du marchant, en étant bien prudent quand même cette fois-ci. La première page était des plus intéressantes, un meurtre sanglant d’une famille entière de descendants de bushis. Le journal laissait entendre que derrière tout ceci, il devait y avoir des membres de la pègre. Un sourire ironique se dessinait déjà sur le visage de Tokiya. Cette ville, s’il n’avait pas connu Kiri, aurait été son lieu de prédilection absolue.

-Tu parles oui!!! Moi, je crois que c’est encore le sérial killer qui a frappé, tu sais celui qu’on nomme l’ombre tranchante.

-Et moi je te dis que t’y est pas. Ce n’est pas du tout son style…

La conversation, que le haut gradé avait surprit, semblait portée sur le grand titre. Pourtant, toutes les autres pages regorgeaient d’un immense intérêt, pour celui qui passait inaperçu au travers de tout ce beau monde. Partant des nouveaux spécimens d’espèces vivantes que l’animalerie du coin avait pu se procurer, qui était assez peu communes, jusqu’aux pourcentages de meurtres commit en ville. Tout cela était bien marrant, mais il ne trouvait pas la moindre trace de l’organisation à la quel il devrait couper la tête pensante. C’était l’une des choses qu’il appréciait le moins, l’attente quand l’action n’est pas encore commencée.

Les heures passaient, le nom du fameux groupuscule lui avait été remit et heureusement, cela lui aurait sûrement déplut que de devoir chercher plus encore. L’organisation de la main blanche, c’était un nom vraiment à ce faire chier. Aucune réel signification profonde possible à cela, à moins qu’il ne soit de grands dealers de drogue. Pour le moment rechercher quelques uns des membres était une priorité, ensuite viendrait l’accomplissement de sa mission. Cela réchauffait le cœur du jeune shinobi, car la mort était, pour lui, une seconde mère nature.

-Bon, je vais quand même me mettre au boulot.

Simple symbolique dans pour le shinobi de la brume, cette phrase représentait une par du futur immédiat. La traque, quel meilleur moyen pour aiguiser son appétit. Le choix semblait simple, pour le moins qu’il en avait un, il devait simplement prendre toute les dispositions possible pour accomplir son devoir de ninja et ses envies personnelles. Le reste était en ce moment secondaire.

D’où allait-il pouvoir lancer son projet? Cette ville semblait prête à lui offrir tout ce dont l’étrange artiste avait besoin pour entonner son chant funèbre. Que faire? Vous raconter comment avec quelques tours de passe-passe et un échange de bon procéder il avait obtenu, d’un des truands de la place, des informations intéressantes? Ce ne serait pas une mauvaise idée pour que vous compreniez la suite de notre palpitant récit. Pourtant, je ne le ferais pas, et pour quel raison me demanderez-vous? Évidement car, ce n’est pas là le plus important, qu’importe qu’il ait rencontré, dans une simple ruelle, un homme près à lui donner toute information en échange d’un meurtre et surtout que faire de la dites cible qui ne présente pour nous aucun intérêt. Un résumé donc, assez exacte, de la situation dans la quel il se trouvait.

-T’es un petit malin toi, tu semble avoir vite compris comment ce trou à rat fonctionne. Bon, je ne vais pas faire long. Celui que tu cherche vit dans le distique sud, là ou les meurtres sont le moins fréquent. L’adresse exacte est…

Partant du fait que le ninja de la brume eu pu se faire mentir Tokiya resta prudent lors de ses déplacements. Évitant les ruelles trop obscures, non qu’il ait peur, pour arriver le plus rapidement possible chez sa proie. Le bâtiment d’habitation qu’on lui avait présenté comme la demeure de la tête dirigeant la main blanche, était un édifice plutôt coutumier, même banal, en comparaison de tout ce qu’il avait vu. Se fiant à son instinct, il trouva rapidement un endroit pour se planquer et observer.

-Aller, montre ta face de macaque dans l’un de ces fenêtres, que je vois à qui j’ai affaire.

Mettre un visage sur sa futur œuvre permettrait, au shinobi, de trouver le meilleur moyen de l’éliminer. En plus c’est toujours mieux de connaître l’apparence de ceux qu’on tue. Au moment ou, le tueur de la brume prenait enfin à son compte que le temps serait long, cinq homme tous armée entrèrent mais dans quel but? On aurait pu croire à un règlement de compte, surtout qu’une bagarre sembla s’être engagée. Un sourire sadique sur le visage, le ninja comprit que c’était son heure. La porte arrière enfoncée d’un simple coup de pied, cheminant entre les quelques corps inertes, il semblait qu’en effet une sanglante rencontre se soit produite.

Pourquoi alors entrer ici au risque de se retrouver mêlé à une histoire qui ne le concernait absolument pas? Uniquement car la mort appelait la mort. Son art était bien mieux encore que tout ceci, et il pouvait prouver qu’en ce bas monde il s’avérait un tueur bien plus terrible que des minable de cette acabit. Quelques survivant eurent la malchance de se trouver sur la route, toute tracée de folie meurtrière, de Tokiya.

Montant les étages un après l’autre, le shinobi de Kiri trouva enfin ce qu’il cherchait. Un bureau spacieux ou semblait-il une exécution du dernier des rival du gang aurait lieu, du moins le dernier vivant qui avait eu l’audace de les attaquer chez eux. À peine la tête de l’homme eu tel toucher le sol, qu’à grand coup de pied dans la porte, le ninja entrait en action. Son premier adversaire, un de ces gorille sans aucune cervelle, n’eu pas le temps de comprendre qu’il devait déjà ramasser ses intestins à deux mains étalée sur le sol. Le second plus brillant, mais moins intelligent qu’on aurait pu le croire eu au moins le réflex de lever son arme et c’est le cœur transpercé par un simple senbon qu’il fini ses jours.

-Bon alors, nous allons joué a vérité ou conséquence et vous allez me dire le quel d’entre vous est le boss ici, j’épargnerais peut-être celui qui me le dira.

Il allait s’en dire, que c’était là un mensonge et que jamais il ne laisserait une de ses proie potentiel partir. Trois réponses étaient possibles pour ceux qui se trouvaient dos au mur, dans tous les sens du mot. Une poignée de seconde s’écoula puis le sabreur n’y tien plus et commença à avancer sur les trois jojos.

-Dommage, vous avez donc choisi conséquence.

Il vérifierait après leurs identités. Avec toutes les filières ici, il devrait bien y trouver son compte, même si cela lui prenait la nuit. Ce n’était certainement pas des plus discrets comme élimination, mais bon on ne lui avait pas demandé d’être discret, et surtout il n’avait l’envie de l’être.

La pièce déjà sale du sang des trois précédents cadavres dont seul l’un d’en eux n’avait pas été découpé par le sabreur, vient s’ajouter le sang de ceux qu’il éliminait désormais avec un délice croissant. Membres tranchés avec une précision incroyable, plaies ouvertes à profusion. Voilà le genre d’œuvre qui régalait le kirien. Le reste de la soirée fut une recherche du chef, car heureusement il avait trouvé des dossiers complets des membres de l’organisation. Il semblait qu’un de ses trois dernières victimes ait été sa cible. Comptabilisant les morts, il comprit bien vite qu’il manquait un bon paquet de corps pour que l’organisation soit complètement anéantie et qu’il n’y ait aucune chance de résurrection de cette dernière. Les feuilles seraient sûrement utiles pour quelqu’un à Kiri, qu’importe que ce soit le kage ou bien un autre. Partant à regret de Ryoko Owari, Hakkyou Tokiya avait accomplit l’objectif premier de sa mission et rentrait avec quelques éléments de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-chunin.jeun.fr/parchemins-de-kiri-f10/parchemin-de
Yukishiro Enishi
Mizukage
Mizukage
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2338
Age : 27
Nindô : Devenir la seule forme de pouvoir en ce monde.
Date d'inscription : 16/04/2007

Feuille de Personnage
Vitalité:
130/130  (130/130)
Chakra:
70/70  (70/70)
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Un endroit ou il fait bon vivre: Mission de rang A   Mer 5 Nov 2008 - 0:32

Mission assez moyenne. Réussite très simple, pas si discret que ça, plusieurs fautes, même si moins qu'avant (district, et non distique).
Bref, +10 en Expérience et 4 en Renommée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-chunin.jeun.fr/parchemins-de-kiri-f10/parchemin-de
 
Un endroit ou il fait bon vivre: Mission de rang A
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» Les nains, c'est pas fait pour vivre dans des trous d'arbre
» ROXAKYEL > " L'espoir ne fait pas vivre, il nous fait perdre du temps... "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Ultimate - RPG :: Autres villages :: Ryoko Owari-
Sauter vers: